<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://draft.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d12410625\x26blogName\x3dTomate+Farcie+%C3%A0+San+Francisco\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLUE\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://tomatefarcie.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3den_US\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://tomatefarcie.blogspot.com/\x26vt\x3d5934040403049912587', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

Sunday, August 27, 2006

Bummer Times / Les Temps Sont Durs (En/Fr)

WARNING: This post is long. For those of you who don't have much time but still want to throw in your 2 cents in the commenting section, the general idea is in the conclusion section at the end.

ATTENTION: Ce billet est long. Pour ceux qui n'ont pas le temps de regarder dans le détail mais veulent donner leur opinion quand même, il y a un petit résumé en conclusion à la fin.



Just wanted to thank all of you who have left supportive comments on this blog, lately. It's very kind and much appreciated. I admit that I have been very discouraged with the blog, and not just because of the problems I continue to experience with Blogger almost every time I log in (just today, I lost part of this post and it is truly getting old!), but also because I sometimes feel like I'm running out of things I can talk about freely here.

Je voulais remercier tous ceux qui ont laissé des commentaires encourageants sur ce blog, dernièrement. C'est très gentil et ça fait beaucoup plaisir. J'avoue que je commençais à me demander sérieusement s'il était temps d'arrêter de bloguer et pas seulement à cause des problèmes d'hébergeur (j'ai encore perdu un morceau de texte aujourd'hui, franchement ça commence à bien faire!) mais aussi parce que des fois je ne sais plus trop de quoi je peux encore parler librement ici.



I guess, it's my own fault... but I find that having told various people in my life about the blog is increasingly defining what I end up talking (or not talking) about. So now, I find myself deliberately staying away from topics that could possibly hurt their feelings, offend them, be misinterpreted, or even give them information about things they shouldn't know anything about... and this self-imposed censorship and/or political correctness is really not my thing.

C'est de ma faute, je suppose. Ayant donné l'adresse du blog à des gens qui me connaissent, je me sens maintenant obligée de faire beaucoup plus attention à ne pas dire quoi que ce soit qui puisse ou bien les vexer, ou leur faire de la peine, ou être mal interpreté, ou même leur donner des informations qui ne les regarde pas, ou autre ... et cette censure que je finis par m'imposer n'est vraiment pas mon truc.



At first, telling people about the blog seemed like the right thing to do, especially since most everyone I know lives quite a distance from here. But then, over time, people around me got very curious when they saw me pull my camera to photograph everyday things they never pay attention to. So, I ended up telling "a couple more" people. No big deal, right? In fact, a buddy of mine from work even contributed to one of the funnier posts on this blog after seeing me photograph a certain billboard in North Beach one day, when we were going to lunch together... (Do you remember the dog condoms post?)

Au début, parler du blog semblait être une bonne idée étant donné que la plupart des gens que je connais vivent assez loin d'ici. Et puis les gens autour de moi ont commencé à être curieux, c'est normal, à force de me voir photographier des scènes de tous les jours auxquelles ils ne font jamais attention. Alors j'en ai parlé à "quelques personnes" de plus. Rien de grave, n'est-ce pas? C'est d'ailleurs un copain du boulot qui, m'ayant vu photographier un certain billboard à North Beach un jour qu'on allait y déjeuner ensemble, a contribué à l'un des billets les plus amusants sur ce blog. (Vous souvenez vous du billet sur capotes pour chiens?)

Unfortuately, some of these people took the liberty to tell a "few more" people about my blogging activities. Often, these are people who also know me, but are not necessarily my friends! I guess, that makes things a little more complicated for me now, if you see what I mean.

Malheureusement, certains ont cru bon de parler du blog à qui leur semblait bon, souvent à des gens qui me connaissent aussi mais qui ne sont pas forcément mes amis! Et là, ça complique un peu les choses pour moi, si vous voyez ce que je veux dire.



Meanwhile, while racking my brain week after week to try to find new stuff to talk to you guys about, I realized that I had found my own Voice. I saw that the people I originally created the blog for were - for the most part - never present, but that others - maybe much more like me in spirit or circumstances - were beginning to communicate via the blog, because of something I said or something they saw in picture that touched them in some way. The Brokeback Mountain post, for instance, prompted a couple of people to send me privately very sincere, heart-felt emails, you could just tell... these messages touched me deeply. I'm using Brokeback as an example, but there were a few other posts, too, that triggered interesting and cool reactions from people.

Pendant ce temps là, au cours des mois, à force de m'obliger à réfléchir toutes les semaines pour trouver quelque chose d'intéressant à vous racconter, j'ai fini par trouver ma Voix. J'ai vu que les gens à qui j'avais pensé au début en ouvrant le blog n'y participaient pratiquement jamais, mais que j'en avais touché d'autres qui me ressemblent sans doute d'avantage d'esprit ou de par leur situation, et que ceux-là commençaient à communiquer avec moi à cause d'articles ou de photos qui les avaient touchés d'une façon ou d'une autre. Par exemple, après avoir publié le billet sur le Secret de Brokeback, j'ai reçu en privé quelques e-mails qui m'ont énormément touchée car ils ont visiblement été écrits à coeur ouvert, en toute sincérité, ça se voyait... Je parle de Brokeback mais il y a eu quelques autres billets qui ont eut droit, eux aussi, à des réactions interessantes et sympa.



So, I thought that perhaps, I too, could be a little more open about the things that *really* matter to me, and maybe I could use my voice online to reach out to people "just like me," wherever in the world they may be, and who knows, not only they might understand what I'm going through here, but some might even respond! But now I can't because of the possibility that so-and-so *might* remember to check the blog once every 3 months ... It's really kind of silly, but honestly, knowing that the possibility exists makes you think twice about what you write.

C'est là que je me suis dit, que peut-être moi aussi, je pourrais utiliser ma voix sur la toile pour parler de trucs qui me sont importants, pour trouver des gens "comme moi" ou qu'ils soient dans le monde entier, car qui sait, on sait jamais, non seulement y'en a peut-être qui risquent de me comprendre mais y'en a même d'autres qui risquent aussi de me répondre! Mais voilà, maintenant je ne me sens pas libre de dire ce que j'ai envie de dire, au cas ou machin-chouette se rappellerait du blog et se déciderait de venir y passer un coup d'oeil une fois tous les 3 mois... C'est vraiment con, mais franchement, savoir que la possibilité existe donne envie de faire plus attention.



So, now, what do I do?! On the one hand, I don't really see the point in continuing a blog if I can only fill it with fluff, or stuff I couldn't care less about, or even local news everybody else already got to long before me. Why bother? If I can't say what's on my mind, what's the point? On the other hand, it's clear that I have to be somewhat careful...

Alors maintenant, je fais quoi?! D'un coté, je ne vois pas du tout l'intérêt de continuer un blog sur lequel je ne peux racconter que des bêtises inoffensives, ou traiter de trucs qui ne m'intéressent pas, ou même d'actualité locale dont tout le monde aura déjà parlé bien avant moi. Si je ne peux pas dire ce que j'ai sur la patate, à quoi ça sert? D'un autre coté, je vois bien qu'il faut faire attention...



Meanwhile, I've noticed - or I believe - that the majority of people who visit this blog do so because they share my passion for what make the San Francisco Bay Area visually and otherwise unique. I can see that you guys take as much pleasure in looking at the pictures I manage to post as I do in walking the streets and taking them. So, I suppose I could continue doing just that, if I ever find a way to upload pictures a little faster...

Pendant ce temps là, j'ai remarqué - en tout cas il me semble - que la majorité d'entre vous viennent sur ce blog parce que vous partagez ma passion pour tout ce qui rend la région de San Francisco unique, que ce soit les paysages ou la culture. Je vois bien que vous prenez autant de plaisir à regarder les photos que j'arrive à poster que moi de marcher dans les rues et de les prendre. Je suppose que je pourrais continuer de remplir le blog avec ça, si j'arrive jamais à trouver moyen de télécharger les photos plus rapidement...

Others come here (a minority, I suspect), because they have an interest in the French culture... I think I could write an entire post about that topic, so let's not get into it now!!! ;)

D'autres viennent par ici (tres peu d'entre vous, je pense), parce qu'ils s'intéressent à la culture Française... là vaut mieux que je n'en parle pas, parce que sinon on n'en finira jamais avec ce billet!!! ;)



Anyway, I haven't quite decided yet how Tomate Farcie will continue, but in the meantime, I'm going to keep feeding my other blog when I have a little time. It's a photo blog I started about a year ago when I felt more ambitious and wanted to share with the world my best shots of the Bay Area. Just like this one, if you double click on the photographs, they will enlarge to full resolution. Keep checking it out, too, once in a while. The link is up above, under the header of "Tomate Farcie" for now. I might even, at some point, move the party over to that blog entirely, but we're not quite there yet.

Je n'ai pas encore décidé comment continuer Tomate Farcie, mais en attendant, je vais continuer d'alimenter mon autre blog, un photo blog que j'avais démarré il y a un an sur une bouffée d'ambition pour partager avec le monde mes meilleures photos de San Francisco et de la Baie magnifique qui l'entoure. Comme sur ce blog, les photos s'élargissent si vous cliquez dessus. Allez le voir aussi de temps en temps. Pour le moment, le lien est en dessous du titre de "Tomate Farcie". Eventuellement, il se peut que je déménage complètement sur ce deuxieme blog, mais on n'en est pas encore là.



By the way, I haven't been able to check out my online buddies' blogs as much as I used to in the past. It's not that I forgot about you, guys, it's just that there isn't enough time to get to everything lately. I suppose that most of my blog links on the right have probably become obsolete, too... I also remember that I owe pictures to just about everybody out there, and I'll send them out when I can get to it. Many of them (including Pride's and Paris) are still stuck on the dead computer at home... One of these days, hopefully ...

Au fait, ça fait longtemps que je n'ai pas rendu visite à pas mal de mes amis blogueurs comme je le faisais avant. C'est pas que je vous ai oubliés, mais je manque vraiment de temps pour tout faire dernièrement. J'imagine aussi que la plupart de mes liens à droite sont sans doute tombés en obsolesence, non? Et les photos, alors ... Je me souviens que je dois des photos à pratiquement tout le monde alors qu'il y en a toujours un bon paquet (Paris, Pride) qui sont toujours coincées sur l'ordinateur qui a rendu l'ame à la maison ...Un de ces jours, on espère...



OK, guys I think we're pretty much caught up for now. I don't know when or how often I will manage to update this page in the future ... Honestly with the kind of life I lead these days, it's a pretty safe bet that I won't be making it back here too frequently, but I do enjoy blogging and the interaction with my online buddies way too much to stop doing it permanently! So keep checking both blogs about once a week, you just never know.

Bon, ben je crois que j'ai tout dit pour aujourd'hui. Je ne sais pas quand ni combien de fois je reviendrai poster sur ce blog car franchement la vie que je mêne en ce moment ne me laisse pas beaucoup de temps libre, mais ne vous inquietez pas, j'aime beaucoup trop le blogging et mes copains de l'Internet pour abandonner la partie définitivement! Alors passez voir les deux blogs une fois par semaine, on sait jamais.



CONCLUSION: Am I the only blogger out there having a conflict between wanting to talk about more personal things that matter to me but not being able to because of the probability that the jerk sitting in the cubicle down the hall might eventually find my blog (or something like that)? How do you guys out there handle it? Any ideas, suggestions, comments? Go ahead! :-)

CONCLUSION: Est-ce que je suis la seule à avoir envie de parler sur le blog de choses qui me sont importantes mais personnelles et qui ne le fait pas à cause de la possiblité qu'un imbécile au boulot (ou ailleurs) finisse par tomber dessus? Comment faites-vous, vous autres? Qu'en pensez vous? A vous la parole! :-)

* * * * *


Most of the pictures for this post were taken at Clarion, between Mission St. and Valencia St., in San Francisco. If you guys are in the area, you should really check out that alley (during the day!). It is covered in "graffitis" from beginning to end, but there is really some interesting art work in there, too, and my pictures clearly do not do it justice.

La plupart des photos sur ce billet ont été prises à Clarion, entre Mission et Valencia St, San Francisco. Si vous êtes dans le coin, il faut aller voir cette allée (pendant la journée!). C'est couvert de "graffitis" d'un bout à l'autre mais entre les deux il y a des trucs artistiques superbes sur les murs qui vaillent vraiment le coup d'être vus en personne et qui n'ont pas rendu en photo.

* * * * *


(By the way, does anybody know how to write a re-direct for a website? Manu? I know you do! I'll buy you a crêpe! ;) Anyone? Please e-mail me separately if you do, thanks.)

14 Comments:

Anonymous Angelina said...

It seems that you are in a rather difficult position.
We have sometimes difficult times, may be one of them?
Far worse than censorship is self-censorship.
Let's hope you find quicly the best way to blog like you want.
A bientôt!

7:22 AM  
Blogger buzzgirl said...

It's strange. My site is "anonymous" in that my friends and family don't know it exists (though a couple of friends know it *exists* they don't know the URL). That fact doesn't stop me from censoring myself though. The reason I haven't written anything lately is because I don't know how to talk about what's going on with me. I think you may need to start an anonymous blog where you can just talk about all the things that matter to you...

9:13 AM  
Anonymous NoComment said...

Hey Tomate!

You wrote: “the general idea is in the conclusion section at the end”. Therefore, I jumped straight to the end, and I saw: “Most of the pictures for this post were taken at Clarion, between Mission St”… I thought: “it doesn’t make sense! What’s the big deal? Really!” ;-) Then I decided to step back and read the whole post…

It is indeed dangerous when a blog stop being anonymous. Unpredictable things can happen. When I had my blog alive, I’ve never told anybody about it, even my closest friends didn’t know. And I was very careful in protecting my identity; I sometimes even had to change minor details in my stories in order to avoid any identifiable element. I later found out that I was right to go to such extent in order to protect myself; there are too many idiots out there. Anyway, this is another story…

Also you’re raising an interesting point when you say: “I don't really see the point in continuing a blog if I can only fill it with fluff”…”or even local news everybody else already got to long before me”. I have to admit that at the beginning, reading blogs was exciting and new, but after a while, you’ve seen it all, the same subjects are repeated again and again, without bringing anything new, and you realize that most of the blogs are just filled with fluff, and you just get bored. But don’t worry: your blog didn’t belong to the “boring” category. ;-)

Like you, I went through the phase “if I stop my blog, I’m convinced I will miss it”. It turned out that I didn’t. I couldn’t explain why; but to my surprise, I just didn’t.

I hope that those “people you don’t really like who read your blog” didn’t do anything. What are you afraid they might do?

Anyway, I’ll keep checking your blog, once in a while. ;-)

See ya!

9:41 AM  
Blogger Michael said...

Ahhh Tomate, I can't imagine the blogosphere without your wit, insight, and just "you". Nobody can tell you what to do, but who cares what anybody else thinks. Ok, that's a bit naive I suppose, but I gather that "they" are very few (who might get offended), non?

After meeting you, your blog means so much more than just some random thoughts. I hope you can keep up the courage and ideas, but if now, we'll understand.

12:10 PM  
Blogger Michael said...

P.S. The graffiti shots are awesome!

12:11 PM  
Anonymous Manu said...

Can I have ham, cheese and mushrooms in it? And maybe an egg sunny-side-up on top? ;-)

I'll send you an e-mail with the redirect stuff and my comments on your thoughts.

12:55 PM  
Blogger DoctorDentons said...

Tomate:
So good to see you back, even if a little conflicted.You and I are poles apart on some things as I'm sure you are aware...but I'm an old dog trying to prove I can be taught new tricks...If you don't live in this world with an open mind you will find you are sorely out of place...SO, I say let it all hang out if that is what you want to do...if not, lets go take some pictures with a happy heart.

2:19 PM  
Anonymous sandrine said...

Tomate, j'ai le même probleme. Au debut j'avais fait mon blog pour la famille. Aucun d'entre eux ne le lit. Parfois je voudrais parler d'un membre de ma famille, mais j'hesite a le faire car on ne sait jamais...s'ils venaient quand meme a le lire? Et puis j'ai rencontre certains lecteurs de mon blog. ALors c'est pareil, il faut pas que je parle de ce qu'ils ,'ont dit.....la seule solution (bancale?) est d'avoir un blog personnel et un blog anonyme ou on dit tout ce qu'on veut sous couvert d'un pseudo. Poivron farci, c'est pas mal comme pseudo, tiens....;-)

3:22 PM  
Blogger brigetoun said...

moi c'est la famille, avec laquelle j'avais rompue mais que j'ai retrouvé; Une certaine harmonie, des divergences totales dans nos points de vue sur le monde. J'avais donné l'adresse au plus proche en esprit, plus éloigné en distance. Les autres savaient mais je ne pensais pas que ça pouvait les intéresser. Par ailleurs ils auraient avec raidon horreur que je touche à leur intimité, forcément proche de la mienne. Et j'ai découvert qu'ils me lisent quasiment tous, qu'ils aiment assez mais sont parfois très agacés. Mon autocensure prend des formes gigantesques. D'autant que je ne pense pas qu'ils me connaissent complètement

2:15 AM  
Anonymous Cloclo said...

Mais le blog doit rester ton espace de liberté, tu dois pouvoir y exprimer ce que tu souhaites. Non, la censure ne t'est pas imposée, c'est juste que tu te l'infliges et là je pense que tu fais fausse route car on sent bien dans ton long post (tu sembles même t'en excuser d'ailleurs alors qu'il n'est pas si long... On prend le temps lorsque ça nous plait tu sais !)que cela te touche. Mais vas-y ! Villipende, aime, déteste, écorche mais enthousiasme-toi ! Personne ne sait mieux que toi ce qui est bon pour toi ! "plus on se cache, plus il est désagréable d'être surpris" Kierkegaard

12:01 PM  
Anonymous Otir said...

J'ai l'impression de ressentir le même type de conflit et dans les mêmes termes.
I feel like I am experiencing the same type of conflict and pretty much for the same reasons as you wrote them.

J'ai donné l'adresse du blog à des amis, à la famille, parce qu'au début je ne me rendais pas vraiment compte de l'effet "blogoshpère", et aussi parce que je me sentais tellement décalée de mes proches, j'avais envie qu'ils "comprennent" ce que j'étais moi en train de vivre loin d'eux.

I gave my URL to friends, family, mostly because when I started to blog, I had not measured what it takes to blog, and how you meet bloggers and the value of their feed-back, and also because I wanted my relatives to know what it was like to live what I was living, far away from them, that I felt they did not really grasp in the first place.

Le résultat c'est qu'à nouveau je ne parle souvent que de ce que je me dis ne "fera pas de vagues" auprès d'eux, finalement, la peur qu'ils découvrent ce que je vis - qui est si dur - et qu'ils en seraient choqués, et incapables de me soutenir.

The result is that once more I only talk about what I expect will not shock them, I write fearing they would actually discover what I am going through - and that it is too tough for them to handle in a proper and supporting manner.

La peur du rejet. Rejection fear. Peut-être. Maybe.

11:18 AM  
Anonymous Anonymous said...

Tomate, c'est vrai que c'est un problème difficile à résoudre au point où vous êtes — je suis très lâche et j'ai du mal à dire du mal de personne publiquement, même quand c'est vrai et tout à fait mérité ! C'est pour cela que j'ai tenu à garder ma liberté d'expression en gardant mon anonymat. À part un incident il y a quelques années avec l'« amie galeriste » qui a trouvé le blog dans mes signets, j'ai réussi (je crois) à cacher l'existence de mon blog de mes amis et de mes connaissances — ce qui me permet de parler de choses qu'autrement je n'oserais pas, de peur de gêner un(e) ami(e) par ma franchise. En plus, le fait d'écrire en français me protège aussi — pour les non-francophones qui connaissent le blog, il est trop embêtant pour la plupart d'eux d'aller se faire traduire les billets par Google ou Babelfish. À mon humble avis, si vous voulez vraiment tenir un blog en toute liberté, il ne faut pas lui faire trop de pub près de chez soi (c'est pourquoi d'ailleurs que je ne me suis jamais enregistré chez nycbloggers.com) — si vous voulez continuer sans vous inquiéter de qui va vous lire, vous devez choisir un nouvel URL et donc une nouvelle identité, que vous donnerez à certains amis fiables, qui la mettront sur leurs blogs et cela passera « viralement » — puisqu'on sait déjà combien vous écrivez bien, et c'est ça le plus important et ce qui plaît le plus à votre public.

Amitiés de New-York,

Édouard

12:50 PM  
Anonymous Sabine said...

Je pense que beaucoup de blogueurs (flute, orth?) se trouvent confrontés au même problème, et chacun doit le resoudre à sa façon.
Je te lis depuis à peu près 2 ans et j'ai l'impression de te connaitre, même si je ne connais de toi que ce que tu nous laisse voir et SF par tes yeux. J'espère que tu ne mous quitteras pas définitivement, tu me manquerais.

11:03 AM  
Blogger Sardinette said...

Salut Tomate!
oui c'est bien un des sujets dont nous avions autrefois discute, et je comprends bien que ca te turlupine...
mon conseil... ouvre un autre blog "defouloir", sans dire ou tu es ou qui tu es... et vogue la galere!
c'est vrai qu'il est souvebt difficile quand on a autre chose au bout de la langue de parler de sujets corrects pour tout le monde...
Courage!!!
a bientot et au plaisir de te lire encore!!
sardinette ;)

1:32 PM  

Post a Comment

<< Home